News Business....7J/7
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Salaires: femmes et hommes à égalité à New-York

Rédigé le 2 Septembre 2018 à 07:43 | Lu 73 fois



New York, aux États-Unis, veut combattre les disparités salariales. C'est la première ville au monde à imposer une nouvelle législation contraignante à son marché de l'emploi. Jane arrive de San Francisco pour un entretien d'embauche dans un cabinet de recrutement. Elle recherche un poste dans la technologie.

Le patron de l'agence va devoir faire très attention à ce qu'il dit. La loi lui interdit de demander la précédente rémunération d'une salariée, car cela pourrait l'encourager à la sous-payer. C'est au patron de définir le salaire qui va avec le poste, sans faire référence au passé salarial de Jane. Elle peut ainsi espérer une meilleure rémunération. Un point gagnant pour les femmes victimes de disparité salariale.

"Je pense que c'est un vrai problème, surtout lorsque vous terminez vos études et que vous avez un premier salaire. Vous avez ensuite bien du mal à décoller",estime-t-elle. Une nouvelle règle qui vaut pour tous les employeurs privés de New York comme les banques, les fonds d'investissement, les assurances. Tous contraints de se priver d'un paramètre au cœur de leur management.

Et si l'employeur s'amuse quand même à connaître l'historique de rémunération, il encourt jusqu'à 200 000 € d'amende. Depuis l'entrée en vigueur de la loi en novembre, les entreprises se tournent vers les cabinets d'avocat dans le but de corriger d'avance les disparités salariales. La règle new-yorkaise pourrait constituer l'avenir dans le monde de l'emploi aux États-Unis.

Une augmentation de la masse salariale ? L'effet pervers de la loi pourrait être une augmentation de la masse salariale. Jacques Cardoze, envoyé spécial à New York explique que "les recruteurs auront toujours la possibilité d'aller chercher les informations salariales sur telle ou telle entreprise via des plates-formes collaboratives comme sur cette application". Or, sur cette application, les rémunérations indiquées ne font pas de distinctions entre les sexes. Au final, cela devrait pousser les recruteurs à mieux rémunérer les femmes.

(avec franceinfo)

Notez
Rédigé le 2 Septembre 2018 à 07:43 | Lu 73 fois



Opinion | Le Conseil européen | France - Politique | Paris | Vide1 | Royaume Uni - Economie | France - Economie | Union Européenne | Vide 4 | Italie - Politique | Vide | Innovation | France - Culture | Royaume Uni | France - Société | France - Médias | Infos Plus | France - Innovation | News Showbiz | France - Entreprise | Débat / Réflexion | France - Finance | France - Immobilier | Article Sponsorisé | France - Transport | Parténariats | Nos Services | Voyages | France - Faits Divers | High Tech | Informatique | France - Sport | Science Tech | France - Automobile | Mobile | France - Scandale | France - Sondage | Automobile | Bourse | Redaction | Investissement | Buzz sur le net | Succès Story | Télécom | Femme Actuelle | Archive | Economie Internationale | Economie - Pays Européen | Transport | News People | Interview | Allemagne | La Chine | Economie Africaine | Réseaux sociaux | Economie - Européenne | Hommes Leaders | Internet | Sport International | Nutrition | Etats Unis | Monaco | Canada | Vide 3 | Immobilier | Banques | Portrait | News International | Showbiz Scandale



Twitter
Facebook
Mobile
Rss
YouTube






Inscription à la newsletter