News Business....7J/7
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La BCE inquiète de la hausse du crédit en France

Rédigé le 12 Janvier 2018 à 00:00 | Lu 85 fois

La Banque centrale européenne (BCE) a évoqué le risque pour la zone euro d'une hausse rapide du crédit au secteur privé en France, selon les minutes de sa dernière réunion de politique monétaire publiée jeudi.



"Il a été souligné que la hausse des crédits au sein de la deuxième économie européenne n'a cessé de croître", affirment les "minutes" de la réunion, dans une rare mention de l'un de ses pays membres.

"L'augmentation de l'effet de levier, le nombre de fusions et acquisitions et l'activité de rachat posent des questions dans le contexte de la stabilité financière", ajoute le texte.
Cette hausse des prêts a augmenté après l'élection en mai du président Emmanuel Macron, le programme économique axé sur la relance de l'entrepreneuriat et les réformes de la zone euro.
En juillet, la demande de crédits auprès des petites, moyennes et grandes entreprises françaises avait augmenté de plus de 25%.

En comparaison, dans la zone euro, les crédits au secteur privé ont augmenté de 3,1% sur un an pour le mois de novembre, selon les derniers chiffres publiés par la BCE.

La BCE a néanmoins fait de la revitalisation du crédit une priorité de sa politique depuis plusieurs années. Il a choisi de maintenir les taux d'intérêt à un niveau bas et a racheté 2 300 milliards d'euros de dette publique, dans l'espoir que le taux d'inflation de la zone atteindra éventuellement son objectif légèrement inférieur à 2%.

Mais au sein du conseil des gouverneurs, les appels à fermer les vannes de l'argent facilement disponibles, motivés par la peur que les ménages ainsi que les gouvernements vont emprunter bien au-delà de leur capacité de remboursement, se sont multipliés dans le camp appelé "faucons". Cependant, les «colombes», favorables au maintien d'une politique accommodante, restent majoritaires au Cénacle de Francfort.

L'explosion d'une «bulle du crédit» a été l'une des causes de la crise financière de 2008, et les États et le secteur privé ont mis plusieurs années à se désendetter et à retourner au vert.

Les gouverneurs de la BCE ont qualifié les risques actuels de "globalement équilibrés", une expression codifiée suggérant qu'ils voient autant de chances que l'économie de la zone euro soit agréablement ou décevante surprise.

Notez
Rédigé le 12 Janvier 2018 à 00:00 | Lu 85 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Mars 2018 - 05:59 La France championne d'Europe des impôts

Opinion | Le Conseil européen | France - Politique | Paris | Vide1 | Royaume Uni - Economie | France - Economie | Union Européenne | Vide 4 | Italie - Politique | Vide | Innovation | France - Culture | Royaume Uni | France - Société | France - Médias | Infos Plus | France - Innovation | News Showbiz | France - Entreprise | Débat / Réflexion | France - Finance | France - Immobilier | Article Sponsorisé | France - Transport | Parténariats | Nos Services | Voyages | France - Faits Divers | High Tech | Informatique | France - Sport | Science Tech | France - Automobile | Mobile | France - Scandale | France - Sondage | Automobile | Bourse | Redaction | Investissement | Buzz sur le net | Succès Story | Télécom | Femme Actuelle | Archive | Economie Internationale | Economie - Pays Européen | Transport | News People | Interview | Allemagne | La Chine | Economie Africaine | Réseaux sociaux | Economie - Européenne | Hommes Leaders | Internet | Sport International | Nutrition | Etats Unis | Monaco | Canada | Vide 3 | Immobilier | Banques | Portrait | News International | Showbiz Scandale



Twitter
Facebook
Mobile
Rss
YouTube






Inscription à la newsletter