News Business....7J/7
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Deux milliards de personnes travaillent dans l'économie informelle

Rédigé le 3 Mai 2018 à 07:17 | Lu 58 fois

Selon l'Organisation internationale du travail (OIT), plus de 60% de la population active mondiale est employée dans l'économie informelle. La plupart des travailleurs sont privés de protection sociale et de droits au travail.



La majorité de la population active mondiale travaille dans l'économie informelle. Selon un rapport de l'OIT publié le 30 avril à la veille de la fête du travail, la grande majorité de ces travailleurs se trouvent dans des pays en développement. Pour l'institution internationale, cette situation favorise la précarité sur le marché du travail et pourrait constituer un véritable frein à la productivité.

Selon Florence Bonnet qui a participé à la rédaction du document:

"Il est urgent de s'attaquer à l'informalité". Pour des centaines de millions de travailleurs, l'informalité implique un manque de protection sociale, des droits au travail et des conditions de travail décentes, pour les employeurs, elle s'accompagne d'une faible productivité et de difficultés d'accès au crédit. "

Lors des débats sur la déréglementation du travail, l'étude de l'OIT revient à rappeler que l'absence de règles peut nuire à l'économie et à la productivité des travailleurs alors que les entreprises veulent être de plus en plus compétitives dans un contexte mondialisé. économie. Ce phénomène peut également représenter un véritable déficit pour les finances publiques encore difficile à mesurer, comme le rappelle un rapport du Conseil national de l'information statistique (CNIS) intitulé «La mesure du travail caché et son impact sur les finances publiques. ".

"La question de mesurer le travail caché et son impact sur les finances publiques n'est pas un sujet nouveau, il a fait l'objet de beaucoup de travail depuis longtemps, mais les méthodes et les résultats sous-jacents ne font pas consensus."

Les divergences régionales

Au niveau mondial, le travail informel atteint des proportions très différentes. Les cinq régions les plus touchées sont l'Afrique (85,8%), l'Asie et le Pacifique (68,2%) et les États arabes (68,6%). Dans les Amériques, ce taux est de 40% et de 25,1% en Europe et en Asie centrale. Pour la France, la part de l'emploi informel dans l'emploi total est estimée à 9,8%.

Le niveau de développement socio-économique est "positivement corrélé avec le secteur formel", indique le rapport. Les pays émergents et en développement ont des niveaux de travail informel beaucoup plus élevés que les pays développés. "Les pays émergents et en développement représentent 82% de l'emploi mondial, mais 93% de l'emploi informel est dans ces pays".

Les jeunes et les personnes âgées exposées

Les statistiques du rapport «Les femmes et les hommes dans l'économie informelle» indiquent que «le niveau d'informalité est beaucoup plus élevé chez les jeunes et les personnes âgées». En outre, l'organisation internationale souligne que l'emploi informel est plus une source d'emploi pour les hommes (63%) que pour les femmes (58,1%). Sur le nombre total de travailleurs dans l'emploi informel, 740 millions sont des femmes.

"Les femmes sont plus exposées à l'emploi informel dans la plupart des pays à revenu faible ou intermédiaire et sont plus souvent dans les situations les plus précaires", notent les auteurs.
Le diplôme protège l'économie informelle

Le diplôme reste un moyen de se prémunir contre le travail informel. "À l'échelle mondiale, quand le niveau d'éducation augmente, le niveau d'informalité recule", indique le rapport. Les personnes qui sont diplômées du secondaire ou de l'enseignement supérieur sont moins susceptibles d'occuper un emploi informel que les travailleurs qui n'ont pas suivi de cursus scolaire ou qui ont seulement terminé leurs études de l'enseignement primaire. "L'éducation n'est pas non plus une garantie pour accéder à un emploi dans l'économie formel", prévient néanmoins l'OIT.

Par ailleurs, de véritables divergences géographiques apparaissent en fonction de la nature des territoires. Les personnes vivant dans les zones rurales "sont presque deux fois plus susceptibles d'être employées dans l'économie informelle que celles des zones urbaines".

Manque de protection sociale

Plusieurs auteurs du rapport soulignent que la pauvreté est plus présente chez les travailleurs informels."Il y a une relation claire entre la pauvreté et le travail informel, avec les pauvres qui doivent faire face à des taux élevés dans l'emploi informel". Pour des millions de travailleurs, le risque de pauvreté s'accroît en raison du manque de protection sociale, et de l'absence d'application de droits au travail et de conditions décentes.

Le poids du travail informel peut également avoir des conséquences néfastes pour les entreprises. "La faible productivité est souvent mentionnée comme une des caractéristiques de l'économie informelle. Le niveau d'éducation assez bas parmi les travailleurs dans les entreprises du secteur informel est certainement le facteur le plus important. Les autres facteurs comprennent le manque d'accès aux crédits résultant de restrictions [...] et le manque d'accès aux marchés". Le prochain défi pour l'OIT est d'accélérer la transition de l'économie informelle vers l'économie formelle. Au regard du poids de cette économie dans certains pays, le basculement devrait prendre des années.
___
(*) Si la mesure statistique de l'économie informelle reste délicate, l'organisation internationale du travail propose quelques définitions pour éclairer ces phénomènes :

Économie informelle : toute activité économique réalisée par des travailleurs ou des unités économiques qui n'est pas couverte ou est insuffisamment couverte - selon la loi ou en pratique - par des dispositions officielles ;

Emploi informel : nombre total d'emplois informels, que ce soit dans des entreprises du secteur formel, des entreprises du secteur informel ou des ménages; y compris les employés occupant un emploi informel (e); employeurs et travailleurs à leur compte employés dans leur propre entreprise du secteur informe.

(avec latribune.fr)


Notez
Rédigé le 3 Mai 2018 à 07:17 | Lu 58 fois




Dans la même rubrique :
< >

Opinion | Le Conseil européen | France - Politique | Paris | Vide1 | Royaume Uni - Economie | France - Economie | Union Européenne | Vide 4 | Italie - Politique | Vide | Innovation | France - Culture | Royaume Uni | France - Société | France - Médias | Infos Plus | France - Innovation | News Showbiz | France - Entreprise | Débat / Réflexion | France - Finance | France - Immobilier | Article Sponsorisé | France - Transport | Parténariats | Nos Services | Voyages | France - Faits Divers | High Tech | Informatique | France - Sport | Science Tech | France - Automobile | Mobile | France - Scandale | France - Sondage | Automobile | Bourse | Redaction | Investissement | Buzz sur le net | Succès Story | Télécom | Femme Actuelle | Archive | Economie Internationale | Economie - Pays Européen | Transport | News People | Interview | Allemagne | La Chine | Economie Africaine | Réseaux sociaux | Economie - Européenne | Hommes Leaders | Internet | Sport International | Nutrition | Etats Unis | Monaco | Canada | Vide 3 | Immobilier | Banques | Portrait | News International | Showbiz Scandale



Twitter
Facebook
Mobile
Rss
YouTube






Inscription à la newsletter