News Business....7J/7
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Cotisations vieillesse : cette hausse qui impacte votre pouvoir d’achat depuis des années

Rédigé le 21 Novembre 2018 à 02:52 | Lu 380 fois

Régulièrement, les cotisations vieillesse font l’objet d’augmentations. Si les chiffres de la hausse paraissent faibles, les répercussions sur le pouvoir d’achat sont loin d’être anodines.



Ce sont quelques euros qui, additionnés, commencent à peser lourd dans le budget des ménages. Dans l’édition 2018 de son portrait social de la France, présentée ce mardi 20 novembre, l’Insee fait le bilan des réformes des prestations et prélèvements mises en oeuvre en 2017.

Parmi celles recensées, l’institut national de la statistique pointe la hausse des cotisations vieillesse pour les salariés du régime général, les fonctionnaires et les travailleurs indépendants. Cette augmentation a eu les répercussions les plus négatives sur le pouvoir d’achat des 17,7 millions de ménages concernés.

Uniquement avec cette mesure, ils ont subi une baisse annuelle moyenne de 60 euros. L’Insee prend l’exemple d’un couple sans enfant qui a gagné 43 euros de plus en 2017 grâce notamment à la réduction d’impôt exceptionnelle de 20 % pour certains foyers, à la revalorisation de 3 % des plafonds d’exonération... mais qui a perdu dans le même temps 21 euros à cause de la hausse des taux de cotisation vieillesse.

Ce n’est pas la première année qu’un tel constat est dressé. L’institut rappelle qu’entre 2008 et 2016, le taux de cotisation vieillesse acquitté par les salariés du privé a augmenté de 0,25 point pour la partie de rémunération sous le plafond de la Sécurité sociale et de 0,25 point sur la totalité du salaire (les cotisations dites déplafonnées). Pour les retraites complémentaires, les taux ont crû entre 0,1 et 1 point selon le niveau de rémunération.

Les dernières augmentations sont liées à une mesure de la loi du 17 décembre 2014 sur la réforme des retraites. Le texte prévoyait une hausse étalée en 2015, 2016 et 2017. Pendant cette période, les cotisations ont augmenté en moyenne de 0,05 point, un chiffre un peu moins élevé en 2017 car, contrairement aux années précédentes, seules les cotisations déplafonnées ont augmenté. En parallèle, les cotisations pour le régime complémentaire des salariés du privé, Agirc-Arrco, ont elles aussi été revalorisées.

Résultat, les pertes de pouvoir d’achat se cumulent. Toujours d’après l’Insee, avec cette mesure, le budget annuel des ménages a été réduit de 130 euros en 2015 et de 100 euros en 2016. Un phénomène qui ne risque pas de disparaître ces prochaines années puisque l’on sait d’ores-et-déjà que la fusion de l’Agirc et de l’Arrco, programmée pour le 1er janvier 2019, se traduira par une hausse des cotisations.

(avec capital.fr)

Notez
Rédigé le 21 Novembre 2018 à 02:52 | Lu 380 fois




Dans la même rubrique :
< >

Amour & Couple | Carrières | Cuisine | Bon à Savoir | Livres / E-Book | Conseils | Placement | Crédits | Management | Bien être | Trucs Astuces | Finance | Outil Gestion | Outil Création | Info Utile | Bricolage | Alerte ! | Insolite | Sexualité | Shopping | Santé | Formation | Prévention | Vos Droits



Twitter
Facebook
Mobile
Rss
YouTube






Inscription à la newsletter